Comment régler les problèmes de vis-à-vis ?

En ville comme en campagne, il est de plus en plus difficile de profiter de son logement en toute intimité. Terrasses, balcons… Comment lutter contre le vis-à-vis ?

Mon voisin voit chez moi

Rien de plus désagréable que de se sentir observé quand on tente de profiter de sa terrasse ou de son balcon pendant les beaux jours.

Vue plongeante sur ma terrasse

Habiter une maison n’est pas synonyme de tranquillité. Même si les terrains sont clôturés, il n’est pas rare d’avoir une fenêtre donnant sur sa terrasse. Il existe aujourd’hui de nombreuses solutions pour éliminer un vis-à-vis plongeant.

En plus d’être esthétiques, les pergolas sont une bonne manière de se cacher des yeux indiscrets. En laissant des plantes grimpantes recouvrir le dessus de votre pergola, vous vous offrez non seulement une ambiance naturelle et reposante mais aussi un très bon brise-vue.

Très en vogue depuis quelques années, les voiles d’ombrage sont une option moderne pour cacher son espace terrasse. Carrés, triangles, rouges, jaunes, vertes… Les voiles permettent une grande variété de personnalisation, pour une terrasse qui vous ressemble !

Attention toutefois ! Si la pergola laisse passer le vent, la voile d’ombrage peut rapidement faire des dégâts si votre terrasse est soumise aux rafales.

Cacher la vue sur son balcon

Le vis-à-vis est une préoccupation presque inévitable dans les espaces urbains et particulièrement lorsque l’on habite en appartement. Si vous avez la chance d’avoir un balcon mais que vous ne pouvez en profiter en toute intimité, quelques solutions existent.

La première option qui s’offre à vous, assez évidente, est l’apposition de brises-vue sur les garde-corps de votre balcon. Canisses, toiles… On préfère ici encore les solutions qui laissent passer le vent, pour éviter que le brise-vue ne s’arrache.

Si vous préférez une solution plus naturelle, ou qui cache un peu plus haut que le garde-corps, pensez aux plantes ! Avec quelques jardinières et des plantes hautes bien choisies, vous vous cachez des regards extérieurs mais vous cachez aussi le cadre urbain pour vous sentir un peu plus en accord avec la nature.

Je vois chez mon voisin

Si c’est votre fenêtre qui donne sur le jardin du voisin, que faire ?

La clôture haute

Même avec toute la bonne volonté du monde et sans être curieux, avoir vue sur le jardin ou la terrasse du voisin peut être gênant. Dans le cas où votre voisin ne déciderait pas de cacher lui-même la vue sur son terrain, peu de solution s’offrent hélas à vous.

Idée assez simple et à moindre coût : équiper toutes les fenêtres avec vis-à-vis de rideaux. Cela vous permet d’ajouter une touche de décoration à vos intérieurs et de ne plus voir le terrain voisin.

Pour une solution plus durable, revoyez les clôtures entre vos deux terrains. S’il n’y a pas de clôture existante, discutez avec votre voisin de la possibilité d’en installer. S’il y en a, peut-être sont-elles trop basses pour briser la vue. Vous pouvez les agrandir mais en vous fiant toujours aux normes applicables dans votre PLU. Plus d’informations dans notre article sur les règles pour une clôture mitoyenne.

Que dit la loi sur le vis-à-vis ?

Cadre légal

La loi distingue la vue droite, par laquelle on peut voir chez le voisin sans se pencher, de la vue indirecte, pour laquelle il faut faire un effort afin de voir chez le voisin. La différence a toute son importance car elle influe sur les règles à respecter au moment de l’installation de vos ouvertures.

Ainsi, une vue droite ne peut se situer qu’à 1,90m de la propriété voisine au minimum. Cette distance réglementaire n’est plus que de 60cm pour une vue indirecte. Pour s’affranchir de ces distances minimales, un accord peut être passé entre voisin pour établir une « servitude de vue ».

Si vous pensez que l’un de vos voisins ne respecte pas les distances réglementaires, le mieux est de commencer par une discussion amiable. Vous pouvez en cas de désaccord faire appel à un médiateur voire porter l’affaire devant la justice.

Comment gagner en luminosité sans gêner ?

Vous souhaitez gagner en luminosité sans créer de vis-à-vis avec vos voisins ? Rien de plus facile.

Si la pièce que vous souhaitez rendre plus lumineuse le permet, pensez aux puits de lumière. Ils font entrer directement la lumière du soleil sans éblouir et ne créent aucun vis-à-vis.

Si la pièce que vous souhaitez rendre plus lumineuse ne donne pas directement sur le toit de la maison et ne permet ni puits de lumière ni fenêtre de toit, il vous reste la solution des jours de souffrance. Ils ne nécessitent aucun accord avec votre voisin ni distance à respecter de la propriété voisine.

Si leur nom fait peur, ils sont en fait assez simples à mettre en place ! Les jours de souffrance sont des ouvertures visant à faire entrer la lumière sans donner de visibilité sur l’extérieur. Ils doivent être placés à une certaine hauteur (2,60m au rez-de-chaussée, 1,90m aux étages). Ils doivent être à châssis fixes et équipés d’une grille dont les mailles ne sont pas écartées de plus de 10cm.

La très bonne nouvelle : les jours de souffrance n’ont pas de dimensions réglementaires ! Vous pouvez donc les faire faire
entièrement sur-mesure.

GEFRADIS